Respiration des os

Renforcer vos os

L’un des grands héritages des anciens maîtres taoïstes de Chine a été la pratique de la régénération de la moelle osseuse par une série d’exercices respiratoires simples. La pratique de la « respiration des os » s’est développée dans le contexte des procédures yogiques visant à développer une conscience supérieure et à ouvrir le potentiel humain le plus élevé.

Elle est considérée comme une branche du vaste arbre des pratiques énergétiques taoïstes qui a pour tronc les pratiques méditatives visant à calmer l’esprit. En vieillissant, le corps humain est soumis, comme tous les processus énergétiques, aux lois du changement et de la dégradation. Cela est particulièrement vrai dans le cas du squelette humain.

Les os de notre squelette constituent l’aspect le plus dense et le plus solide de notre corps. Considérés comme des solides, ils bénéficient d’une microstructure fondamentalement cristalline qui a la propriété d’absorber et de transmettre les énergies rayonnées par la Terre et le reste du monde. Les anciens taoïstes considéraient le squelette humain comme une antenne canalisant les énergies nécessaires au maintien de la vie, et servant en même temps de concentrateurs pour la propagation des fréquences énergétiques en direction des méridiens et des organes vitaux.

Le concept du squelette en tant que structure énergétique dynamique a obligé les taoïstes à développer des moyens de maintenir les os dans leur forme optimale, et lutter contre le processus naturel de décomposition.

Lorsque nous naissons, nos os sont denses et lourds de moelle rouge. La forte densité des os explique la sensation de lourdeur des bébés lorsqu’ils sont tenus dans les bras, même s’ils ne sont pas physiquement gros. En vieillissant, on observe une perte progressive de masse osseuse, due à une mauvaise alimentation et à un manque d’exercice physique. La moelle rouge est progressivement remplacée par de la moelle blanche ressemblant à de la graisse. La réduction de la moelle rouge peut également s’accompagner d’une réduction progressive de la densité des os eux-mêmes, les rendant plus poreux et plus fragiles. À ce stade, il n’est pas rare qu’une personne âgée se fracture facilement les os lors d’une simple chute.

L’ostéoporose

Les personnes âgées aux os fragiles semblent très légères lorsqu’elles sont soulevées, eu égard à leur taille. La perte de masse osseuse, connue médicalement sous le nom d’ostéoporose, touche des millions de personnes dans les pays développés et a fait l’objet, au cours des dernières décennies, d’une attention particulière grâce à des études spécialisées visant à trouver un remède efficace.

« Lavage de la moelle osseuse »

L’un des traitements actuels les plus courants consiste à prendre des suppléments de calcium ou à suivre un traitement hormonal substitutif. Cependant la pratique de la respiration osseuse est capable d’arrêter la perte de masse osseuse et même, avec une pratique continue, de recommencer à remplir la substance osseuse de moelle rouge grâce à un processus que les anciens appelaient « lavage de moelle osseuse ».

L’ingrédient principal du lavage de la moelle est le souffle, non pas le souffle aérien qui entre dans nos narines, mais plutôt le souffle subtil qui pénètre par chaque pore de la peau. Ce souffle subtil est guidé par l’attention vers la moelle osseuse. Par exemple, on place l’attention sur le bout de l’index et on la déplace lentement le long de l’os, jusqu’au poignet…

Cette simple action met en œuvre une loi très puissante du travail énergétique qui stipule que tout endroit de notre corps où nous plaçons notre attention déclenche un afflux de sang et d’énergie dans cette direction. En déplaçant l’attention du bout de l’index au poignet, encore et encore, on peut ressentir une chaleur, un picotement, une lourdeur ou une vibration subtile du doigt. La chaleur ou la lourdeur qui peut suivre est une indication que l’exercice génère bien un flux de sang et d’énergie dans l’os.

L’un des principes de base de la médecine taoïste est que si le flux est bon, la santé est là, et que lorsque le flux énergétique est réduit, la maladie apparaît. À partir du doigt, la pratique peut être poursuivie et étendue sur le reste des doigts et progressivement sur les bras, les jambes et le reste du squelette.

Détente

Les anciens taoïstes nous ont laissé la maxime qui dit que « la pratique du Tao commence par le sentiment ». Sans cette sensation si particulière, la pratique peut dégénérer en un simple exercice mental sans rapport avec les os. La respiration osseuse n’est pas seulement destinée à ceux qui souhaitent réparer leurs os. Comme nous l’avons mentionné précédemment, les taoïstes ont développé ces pratiques pour ouvrir le potentiel humain à son maximum. L’un des effets puissants des séances de respiration osseuse est la capacité à calmer l’esprit et à arrêter le courant de « commentaires et bavardages » internes qui circulent en permanence. Ces séances apportent également un profond sentiment de relaxation et d’ouverture qui aide à résoudre les tensions musculaires et le stress.

Absorber le Qi de la nature

Après avoir soigné les os, les taoïstes ont utilisé la respiration des os comme moyen d’absorber les énergies subtiles des arbres, des rivières, du soleil, de la lune et des étoiles ! Pour les personnes contemporaines, la respiration des os offre d’abord la possibilité de conserver des os sains quel que soit l’âge, tout en se délectant dans l’océan de calme qu’elle apporte, comme effet collatéral de la pratique.

Pratique de la respiration des os

  1. Position

Asseyez-vous confortablement et placez les bras étendus sur vos genoux. Les paumes des mains sont ouvertes et les doigts détendus. Inspirez doucement par le nez en direction de l’abdomen, puis expirez lentement et profondément à partir de l’abdomen. Faites cela plusieurs fois en relâchant mentalement les tensions à chaque expiration. Portez votre attention sur le bout de l’index de la main gauche.

  1. Respirer avec les doigts, les mains et les bras

La prochaine fois que vous prendrez votre inspiration, laissez simplement votre attention cheminer lentement du bout à la base du doigt. Lorsque vous expirez normalement par le nez, laissez l’énergie rester dans le doigt et ramenez votre attention sur le bout du doigt. Répétez la procédure à la prochaine respiration. Lorsqu’une sensation de lourdeur ou de chaleur se développe dans l’index gauche, comparez-la avec l’index droit où vous n’avez pas encore effectué de respiration osseuse. Cela vous aidera à développer votre capacité à ressentir plus profondément et à identifier la sensation apportée par la respiration osseuse. Au fur et à mesure que l’index gauche devient plus chaud ou plus lourd, continuez la même procédure de respiration osseuse avec le reste des doigts de la main gauche, soit un par un, soit tous en même temps.

Lorsque la main gauche devient plus chaude et plus lourde, comparez avec la main droite où vous n’avez pas encore pratiqué. Lorsque vous décidez d’incorporer la main droite dans la pratique, reproduisez simplement la sensation de la main gauche dans la main droite ou recommencez une fois de plus, doigt par doigt. Une fois que les deux mains se sentent lourdes, continuez la même pratique mais de plus en plus haut dans les bras jusqu’à ce que la même sensation arrive aux épaules.

  1. Respirer avec les orteils, les pieds et les jambes

Pour une respiration osseuse par les pieds, il est préférable d’enlever les chaussures et tout vêtement serré et de guider votre conscience vers le bout des orteils, soit individuellement, soit ensemble, jusqu’à la cheville, etc.

  1. Respiration de la colonne vertébrale

Pour respirer le long de la colonne vertébrale, commencez à la pointe du sacrum et faites remonter votre conscience le long de la colonne vertébrale de plus en plus haut jusqu’à ce que vous atteigniez la base du cou et que la même sensation de chaleur et de lourdeur se développe.

Au fur et à mesure que la pratique progresse et que le corps se détend, la respiration par le nez peut devenir de plus en plus subtile… N’essayez pas de revenir à une sensation antérieure, laissez-la plutôt grandir subtile et calme.

  1. Respirer avec tout le corps

Continuez de guider votre attention vers tous les os. Finalement, il est possible d’avoir le squelette entier qui pratique la respiration osseuse, c’est-à-dire y compris les dents. Au fur et à mesure que la pratique se développe, essayez de respirer à travers tout le corps en même temps, comme une éponge.

Si une approche plus spécifique des os est souhaitée, on peut travailler avec une carte anatomique du squelette pour guider l’énergie avec plus de précision.

Courtesy tao-meditation – trad. dmeresearch

Laisser un commentaire

Fermer le menu