Karma

Le karma est un mot que tout le monde connaît, mais peu de gens en Occident comprennent ce qu’il signifie. Les Occidentaux pensent trop souvent que cela signifie « destin » ou qu’il s’agit d’une sorte de système de justice cosmique. Ce n’est cependant pas une compréhension bouddhiste du karma.

Karma est un mot sanskrit qui signifie « action ». Parfois, on peut voir l’orthographe de Pali, Kamma, ce qui veut dire la même chose. Dans le bouddhisme, le karma a une signification plus spécifique, qui est l’action volitive ou volontaire. Les choses que nous choisissons de faire, de dire ou de penser mettent le karma en mouvement. La loi du karma est donc une loi de cause à effet telle que définie dans le bouddhisme.

Parfois, les Occidentaux utilisent le mot karma pour désigner le résultat du karma. Par exemple, quelqu’un pourrait dire que John a perdu son emploi parce que « c’est son karma ». Cependant, comme les bouddhistes emploient le mot, le karma est l’action, pas le résultat. On parle des effets du karma comme des « fruits » ou du « résultat » du karma.

Les enseignements sur les lois du karma proviennent de l’hindouisme, mais les Bouddhistes comprennent le karma un peu différemment des Hindous. Le Bouddha historique a vécu il y a 26 siècles dans ce qui est aujourd’hui le Népal et l’Inde, et dans sa quête des lumières, il a cherché des enseignants hindous. Cependant, le Bouddha a pris ce qu’il a appris de ses professeurs dans des directions très nouvelles et différentes.

Le potentiel libérateur du karma

Thanissaro Bhikkhu, professeur bouddhiste theravada, explique certaines de ces différences dans cet essai éclairant sur le karma. À l’époque du Bouddha, la plupart des religions de l’Inde enseignaient que le karma fonctionnait en ligne droite simple – les actions passées influencent le présent ; les actions présentes influencent l’avenir. Mais pour les Bouddhistes, le karma est non-linéaire et complexe.
Le Karma, dit le Vénérable Thanissaro Bhikkhu, « agit en de multiples boucles de rétroaction, le moment présent étant modelé par les actions passées et présentes ; les actions présentes façonnent non seulement le futur mais également le présent. »

Ainsi, dans le bouddhisme, bien que le passé ait une certaine influence sur le présent, le présent est aussi façonné par les actions du présent. Walpola Rahula a expliqué dans What the Buddha Taught (Grove Press, 1959, 1974) pourquoi cela est important :

« …au lieu de promouvoir l’impuissance résignée, la notion bouddhiste primitive du karma se concentrait sur le potentiel libérateur de ce que l’esprit fait à chaque instant. Qui vous êtes – d’où vous venez – est loin d’être aussi important que les motivations de l’esprit pour ce qu’il fait en ce moment. Même si le passé peut expliquer bon nombre des inégalités que nous voyons dans la vie, notre mesure en tant qu’êtres humains n’est pas la main qui nous a été donnée, car cette main peut changer à tout moment. Nous prenons nos propres mesures en jouant bien la main que nous avons. »

Ce que vous faites, c’est ce qui vous arrive

Quand nous semblons coincés dans de vieux schémas destructeurs, ce n’est peut-être pas le karma du passé qui nous fait rester coincés. Si nous sommes coincés, il est plus probable que nous recréons les mêmes vieux schémas avec nos pensées et attitudes actuelles. Pour changer notre karma et changer nos vies, nous devons changer d’esprit. John Daido Loori, professeur de zen, a dit : « La cause et l’effet sont une chose. Et quelle est cette chose ? Vous. C’est pourquoi ce que vous faites et ce qui vous arrive sont la même chose. »
Certes, le karma du passé a un impact sur votre vie présente, mais le changement est toujours possible.

Pas de juge, pas de justice

Le bouddhisme enseigne aussi qu’il existe d’autres forces que le karma qui façonnent nos vies. Il s’agit notamment des forces naturelles telles que les saisons changeantes et la gravité. Lorsqu’une communauté est frappée par une catastrophe naturelle comme un tremblement de terre, il ne s’agit pas d’une punition karmique collective. C’est un événement malheureux qui exige une réponse compatissante, pas un jugement.

Certaines personnes ont de la difficulté à comprendre que le karma est créé par nos propres actions. Peut-être parce qu’ils sont élevés avec d’autres modèles religieux, ils veulent croire qu’il existe une sorte de mystérieuse force cosmique qui dirige le karma, récompense les gens bons et punit les gens mauvais,  avec paradis et enfer à la clé… Ce n’est pas le point de vue du bouddhisme.

L’érudit bouddhiste Walpola Rahula a dit :
« La théorie du karma ne doit pas être confondue avec ce qu’on appelle la  » justice morale  » ou la  » récompense et la punition « . L’idée de justice morale, ou de récompense et de punition, découle de la conception d’un être suprême, d’un Dieu qui siège dans le jugement, qui donne la loi et qui décide ce qui est bien et ce qui est mal. Le terme  » justice  » est ambigu et dangereux et, en son nom, il fait plus de mal que de bien à l’humanité. La théorie du karma est la théorie de la cause et de l’effet, de l’action et de la réaction ; c’est une loi naturelle, qui n’a rien à voir avec l’idée de justice ou de récompense et de punition. »

Le Bien, le Mal et le Karma

Parfois, les gens parlent de karma « bon » et « mauvais » (ou « néfaste »). La compréhension bouddhiste du « bien » et du « mal » est quelque peu différente de la façon dont les Occidentaux comprennent habituellement ces termes. Pour voir la perspective bouddhiste, il est utile de substituer les mots « sain » et « malsain » pour « bien » et « mal ». Les actions saines naissent de la compassion désintéressée, de l’amour bienveillant et de la sagesse. Les actions malsaines naissent de l’avidité, de la haine et de l’ignorance. Certains enseignants utilisent des termes similaires, tels que « utile et inutile », pour exprimer cette idée.

Karma et renaissance

La façon dont la plupart des gens comprennent la réincarnation est qu’une âme, ou une essence autonome de soi, survit à la mort et renaît dans un nouveau corps. Dans ce cas, il est facile d’imaginer le karma d’une vie passée qui s’accroche à ce moi et qui est transporté vers une nouvelle vie. C’est en grande partie la position de la philosophie hindoue, où l’on croit qu’une âme distincte renaît à maintes et maintes reprises. Mais les enseignements bouddhistes sont très différents.

Le Bouddha a enseigné une doctrine appelée anatman, ou anatta – pas d’âme, ou pas de soi. Selon cette doctrine, il n’y a pas de « moi » dans le sens d’un être permanent, intégral et autonome au sein d’une existence individuelle. Ce que nous considérons comme notre moi, notre personnalité et notre ego, sont des créations temporaires qui ne survivent pas à la mort.

A la lumière de cette doctrine, qu’est-ce qui renaît ? Et où se situe le karma ?

Lorsqu’on lui a posé cette question, le célèbre professeur bouddhiste tibétain Chogyam Trungpa Rinpoché, empruntant des concepts à la théorie psychologique moderne, a dit que ce qui renaît, c’est notre névrose – ce qui signifie que ce sont nos mauvaises habitudes karmiques et notre ignorance qui renaissent – jusqu’au moment de notre plein éveil. La question est complexe pour les Bouddhistes, et il n’y a pas de réponse unique. Certes, il y a des Bouddhistes qui croient à la renaissance littérale d’une vie à l’autre, mais il y en a aussi d’autres qui adoptent une interprétation moderne, suggérant que la renaissance fait référence au cycle répétitif de mauvaises habitudes que nous pouvons suivre si nous avons une compréhension insuffisante de notre vraie nature.

Quelle que soit l’interprétation offerte, cependant, les Bouddhistes sont unis dans la conviction que nos actions affectent les conditions actuelles et futures, et qu’il est possible d’échapper au cycle karmique d’insatisfaction et de souffrance.

Courtesy O’Brien, Barbara. « Buddhism and Karma. » ThoughtCo, Feb. 14, 2019, thoughtco.com/buddhism-and-karma-449992.

Fermer le menu