Hassnamouss – avis aux candidats (versions UK+FR) + les 5 tendances êtriques

Kharnakhoom, Individuum Hassnamouss Eternel !

Un conte persan

« Pour vous représenter clairement et comprendre pourquoi cet engouement particulier, propre à lui seul à ce point, s’est manifesté dans l’individualité d’un certain roi persan, vous devez savoir qu’à l’époque de la civilisation Tikliamuishienne, dans la ville de Chiklaral, un être tricérébral savant du nom de Kharnakhoom – dont l’essence s’est cristallisée plus tard en ce qu’on appelle un ‘Individuum Hassnamouss Eternel’ – avait inventé l’idée que tout vieux métal que vous connaissez, trouvé en abondance à la surface de cette planète, pourrait facilement être transformé en métal rare, l’or ; et que tout ce que vous aviez besoin de savoir pour cela était un très petit secret.

     « Cette invention pernicieuse de son cru se répandit largement et s’étant cristallisée dans la présence des êtres de l’époque, se transmit de génération en génération et prit peu à peu la forme d’une science maléfique et fantastique sous le nom « d’alchimie ». Le nom même de cette grande science qui avait en effet existé en tant que branche de la connaissance véritable à des époques lointaines, alors que les conséquences des propriétés de l’organe kundabuffer n’avaient pas encore été complètement cristallisées dans la présence de leurs ancêtres, une science qui aurait pu être très utile et même essentielle pour tous les êtres tricérébraux, même à l’époque actuelle.

     « Or, à l’époque à laquelle mon récit se rapporte, ce roi persan avait besoin, pour l’un ou l’autre de ses buts sans doute hassnamoussiens d’une grande quantité du métal appelé « or », rare à la surface de la Terre ; et comme il avait entendu parler de cette méthode, inventée par le futur Individuum Hassnamouss Eternel Kharnakhoom, il était désireux de l’obtenir par un moyen aussi facile.

     « Lorsque ce roi persan décida définitivement d’obtenir de l’or par alchimie, il réalisa alors de tout son être qu’il ne connaissait pas encore ce « petit secret » sans lequel il était absolument impossible de réaliser ce désir.  Il commença donc à se demander comment découvrir ce « petit secret ».

     « Et cette réflexion le conduisit à la conclusion suivante :

     « Puisque les savants ont déjà la connaissance de tous les autres « mystères », il doit y en avoir au moins un de qui ce mystère est connu.

     « Arrivé à cette conclusion, il en vint à se demander avec un intense sentiment de stupeur pourquoi une idée aussi simple n’était jamais entrée dans sa tête auparavant et, convoquant certains de ses fidèles sujets, il leur ordonna de trouver lequel des êtres savants de sa capitale était au courant de ce « mystère ».

     « Lorsqu’on lui rapporta le lendemain qu’aucun des érudits de la capitale ne connaissait ce secret, il ordonna d’autres enquêtes parmi les érudits de tout son royaume et, après quelques jours, recevant la même réponse négative, et il se remit à réfléchir, cette fois très sérieusement.

     « Sa réflexion sérieuse a d’abord conduit sa raison à la conclusion que l’un ou l’autre des érudits de sa communauté connaissait sans doute ce secret, mais que bien sûr, puisque le « secret professionnel » était strictement observé parmi les êtres de cette fraternité, personne ne voulait le révéler.

     « Il s’est alors rendu compte qu’il ne s’agissait pas seulement de questionner, mais de faire pression sur les érudits pour qu’ils soient contraints de répondre.

     « Le même jour, il donna des instructions appropriées à ses assistants les plus proches en la matière, et ils commencèrent immédiatement à faire des « interrogatoires », en utilisant les méthodes qui étaient habituelles depuis longtemps chez les êtres en possession du pouvoir pour interroger des êtres ordinaires.

     « Et quand ce roi persan excentrique fut finalement convaincu que les érudits de sa communauté ne savaient vraiment rien de ce mystère, il commença à chercher dans d’autres communautés des êtres savants qui pourraient le savoir…

G. Gurdjieff

UK – The Hasnamuss: a field guide (FR version ci-après)

        « In its widest sense the word ‘hasnamuss’ designates any three-brained being–whether he has already coated his highest being-parts or consists of his planetary body alone–in whose common presence, under the influence of certain ‘individual impulses,’ a certain ‘something’ arises which participates in the ‘completed formation’ of his independent individuality.

     « This ‘something’ arises in these cosmic individuals and during the process of the transformation of substances, blends with the crystallizations resulting from the action of the entire spectrum of what are called ‘naloo-ossnian impulses.’

     « In accordance with the chief cosmic law, the sacred Heptaparaparshinokh, this ‘naloo-ossnian spectrum of impulses’ in its original essence consists of seven heterogeneous aspects, from the point of view of ‘perceptive productions’ and of ‘resulting manifestations.’

     « And if these different aspects of the entire ‘spectrum’ of naloo-ossnian impulses’ were described according to the notions of your favorites and expressed in their language, they might be defined as follows:

  1. Every kind of depravity, conscious as well as unconscious;
  2. The feeling of self-satisfaction from leading others astray;
  3. The irresistible urge to destroy the existence of other breathing creatures;
  4. The inclination to free oneself from the necessity of making the being-efforts required by Nature;
  5. The tendency to make use of every kind of artifice to conceal from others what they consider as their physical defects;
  6. The serene enjoyment in the use of what is not personally deserved;
  7. The striving not to be what one is.

     « This ‘something’ which, together with these ‘naloo-ossnian’ impulses, arises in the presence of specific individuals is not only the cause of ‘painfully retributive consequences’ for these individuals themselves but also has the particularity that, whenever one of these ‘imperious tendencies’ ceases to act in their presence, the radiation proper to one or another aspect of the manifestation of this ‘something’ has a greater effect on surrounding beings, and becomes a factor for engendering the same in them.

In the common presence of every three-brained being, there can arise during the process of his planetary existence any one of four kinds of independent hasnamuss individual.

     « The first kind of hasnamuss individual is a three-brained being who, while acquiring this ‘something’ in his common presence, still consists only of his planetary body and who, during the process of the sacred rascooarno is subject to the consequences of the properties of this ‘something’ in him and is thus destroyed forever such as he is.

     « The second kind of hasnamuss individual is a three-brained being in whose common presence the ‘kessdjan body’ has already been coated with the participation of that same ‘something’; and, as is proper to such a cosmic arising, having acquired the property of ‘toorinoorino,’ that is, ‘nondecompostion’ in any sphere of that planet on which he arose, has to exist such as he is, undergoing certain transformations, until this ‘something’ has been eliminated from him.

     « A hasnamuss individual of the third kind is a three-brained being in whose common presence the highest being-body, or ‘soul,’ has been coated, again with the participation of this ‘something’; and this highest being-body also acquires the property of toorinoorino, but this time corresponding to this highest coating, that is to say, it is not subject to decomposition, either in the spheres of that planet on which he arose, or in any other spheres of the Great Universe.

     « The fourth kind of hasnamuss individual is like the third, but with this difference, that the hasnamuss of the third kind has the possibility of at some time becoming so to say ‘cleansed’ from this ‘something,’ whereas for the fourth kind this possibility is lost forever.

     « That is why the fourth kind of hasnamuss is called an ‘Eternal Hasnamuss Individual.’

     « For these four kinds of hasnamuss individuals who have this ‘something’ in their presence, the ‘retributive consequences’ I have mentioned do not entail the same suffering, but correspond to the nature of each as well as to the ‘objective responsibilities’ flowing from the original foresight and hope of our Common Father for these cosmic actualizations.

     « For the hasnamuss of the first kind, who acquires this ‘something’ while consisting only of a planetary body, the decomposition of his planetary body does not proceed according to the general rule; that is to say, all the various sensed impulses in his organism do not stop functioning simultaneously at the approach of the sacred rascooarno, that is, death.

     « But the process of the sacred rascooarno already begins in him during his planetary existence and proceeds in stages, that is, one by one his ‘separate spiritualized localizations’ gradually cease to function in his common presence–or, as your favorites would say, in such a being first one of his brains with all its functions dies; later on, the second one dies, and only then does the final death of the being occur.

     « In addition to this, after the final death, the disintegration of all the active elements of which the ‘planetary body’ was formed proceeds much more slowly than usual, and is subject to the inextinguishable action–lessening only in proportion to the volatilization of the active elements–of the ‘naloo-ossnian impulses’ sensed during his life.

     « For the second kind of hasnamuss individual, in whose common presence the ‘kessdjan body’ has already been coated, the ‘retributive consequences’ are that, on the one hand, such an indeed unfortunate arising, freed from the planetary body of a three-brained being, and not having the possibility of perfecting himself independently without a planetary coating, does not succeed in eliminating from his presence this maleficent ‘something,’ which is not necessarily acquired by his own fault, and which always and in everything in the Universe is an obstacle to the correct flowing of the ‘common-cosmic trogoautoegocratic process’; and on the other hand, owing to the property of ‘toorinoorino,’ that is, not being subject to decomposition in any sphere of that solar system in which he arose, he must inevitably be coated in a new planetary body, usually with the exterior form of a being of a one- or two-brained system; and in view of the generally brief existence of such beings and of his not having time to adapt himself to any one exterior form, he must constantly begin all over again in the form of another being of that planet with all the uncertainty as to the result of this coating.

     « And as for a ghassnamooss individual of the third kind, namely, a three-brained being in whom the highest being-body has been coated, but with this ‘something’ participating to the extent that he has not lost forever the possibility of freeing himself from it, his fate is still more terrible.  For, as a higher cosmic arising predetermined by the foresight of the First Principle of everything existing to serve as a help in the administration of the enlarging world–who from the moment of his completed formation, even before being perfected in reason, was held responsible for every subjective manifestation, voluntary or involuntary–he has the possibility of eliminating this ‘something’ from his presence, but solely through the action of the results of intentionally actualized partkdolgduty, that is to say, of conscious labor and intentional suffering.

     « Such a higher being-body must therefore suffer unremittingly, according to the degree of ‘cognizance of his own individuality,’ until this ‘something’ is entirely eradicated from his common presence.

     « As a place for the suffering existence of the high orders of hasnamuss individuals, the Higher Sacred Individuals have intentionally allotted from all the large cosmic concentrations four small planets, disharmonized in their subjective functioning and situated in various most remote corners of our Great Universe.

     « One of these four disharmonized planets, called ‘Expiation,’ is specially prepared for the Eternal Hasnamuss Individuals, and the other three for the higher being-bodies of hasnamusses who still have in their presence the possibility of ridding themselves at some time or other of this maleficent ‘something.’

     « These three small planets exist under the names of:

     Remorse of Conscience

     Repentence

     Self-Reproach

     « Here it is interesting to note that from all the highest being-bodies that have been coated and perfected in every kind of exterior form of three-brained being of the whole Universe, only 313 have, so far, reached the planet Expiation, two of whom had their arising on your planet; and one of these is the highest being-body of precisely this Lentrohamsanin.

     « On that planet Expiation, the Eternal Hasnamuss Individuals must constantly endure those incredible torments called ‘inkiranondel,’ which are like the suffering of ‘remorse of conscience’ only much more intense.

     « The greatest anguish of this state of the highest being-bodies is that they must always endure these terrible sufferings, fully conscious that there is no hope of their ever coming to an end… »

Beelzebub’s Tales To His Grandson, by G. I. Gurdjieff


FR – LA DESTRUCTION DES SAINTS TRAVAUX – extraits

Le mot «hassnamouss», dans son sens le plus large, désigne tout être tri-cérébral – qu’il ait déjà revêtu ses parties êtriques supérieures ou qu’il ne soit encore constitué que de son seul corps planétaire – en la présence générale duquel, sous l’effet de certaines «impulsions individuelles», surgit «quelque chose» qui prend part à ce qu’on appelle la «formation achevée» de son individualité indépendante.

Ce «quelque chose» surgit chez ces individus cosmiques au cours du processus de transformation des substances et fusionne avec les cristallisations qui apparaissent en eux sous l’action du spectre intégral d’impulsions dites «nalouonosniennes».

Ce «spectre nalouonosnien d’impulsions» est constitué, dans son essence originelle, selon la loi cosmique tondamentale de l’Heptaparaparshinokh sacré, par sept aspects de nature diverse, du point de vue de la «production perceptive» et de la «manifestation résultante».

Si l’on voulait caractériser ces aspects distincts du «spectre d’impulsions nalouonosniennes» selon les conceptions de tes favoris, et les exprimer en leur langue, on les définirait de la sorte :

  1. Toute espèce de dépravation, consciente ou inconsciente.
  2. La satisfaction intime qu’on éprouve à induire autrui en erreur.
  3. Le besoin irrésistible de détruire l’existence d’autres créatures.
  4. Le penchant impérieux à se libérer de l’obligation d’accomplir les efforts êtriques requis par la Nature.
  5. La tendance à user de toutes sortes d’artifices pour cacher aux autres les défauts physiques qu’ils vous reconnaissent.
  6. La tranquille jouissance de ce qu’on n’a pas mérité soi-même.
  7. La tendance à ne pas être ce qu’on est.

Ce «quelque chose» qui, en vertu de ces impulsions «nalouonosniennes», surgit en la présence d’individuums déterminés, entraîne pour eux-mêmes ce qu’on appelle des «conséquences expiatrices douloureuses» ; de plus, par une autre de ses particularités, dès que cesse en eux l’action de l’une de ces «tendances impérieuses», l’irradiation propre à tel ou tel aspect de manifestation de ce «quelque chose» acquiert un grand pouvoir d’influence sur les êtres de leur entourage et sert de facteur pour l’apparition du même phénomène en ces derniers.

Dans la présence générale de tout être tri-cérébral peuvent apparaître, au cours du processus de son existence planétaire, quatre sortes d’Individuums Hassnamouss indépendants.

A la première sorte appartiennent les êtres tri-cérébraux qui, lorsqu’ils acquièrent ce «quelque chose» en leur présence générale, ne sont encore constitués que de leur corps planétaire ; étant ainsi assujettis, pendant le processus du raskouârno sacré, aux conséquences qu’entraînent les propriétés de ce «quelque chose» en leur présence, ils sont détruits comme tels pour toujours.

La seconde sorte d’Individuums Hassnamouss comprend les êtres tri-cérébraux en la présence générale desquels le «corps kessdjan»  s’est déjà revêtu, mais avec la participation de ce «quelque chose» ; et dès lors, Ils acquièrent la propriété «tourinorino», inhérente à toute formation cosmique de ce genre, c’est-à-dire qu’ils ne sont soumis à la décomposition dans aucune des sphères de la planète sur laquelle ils ont surgi, mais doivent exister tels quels, se soumettant à certaines transformations, jusqu’à disparition en eux de ce «quelque chose».

Les Individuums Hassnamouss de la troisième sorte sont les corps êtriques suprêmes ou «âmes» au revêtement desquels prend part ce «quelque chose» ; ces corps acquièrent eux aussi la propriété «tourinorino», mais cette fois au degré correspondant à ce revêtement suprême, c’est-à-dire qu’ils cessent d’être soumis à la décomposition non seulement dans les sphères de la planète sur laquelle ils apparaissent, mais dans toutes les autres sphères du Grand Univers.

La quatrième sorte d’Individuums Hassnamouss est la même que la précédente, avec la seule différence que les Hassnamouss de la troisième sorte ont la possibilité de se «purifier» pour ainsi dire, un jour ou l’autre, de ce «quelque chose», tandis que, pour ceux de la quatrième sorte, cette possibilité est perdue pour toujours.

C’est pourquoi les Hassnamouss de cette quatrième sorte portent le nom d’«Individuums Hassnamouss Eternels».

Pour les quatre sortes d’Individuums Hassnamouss, en la présence desquels réside ce «quelque chose», les «conséquences expiatrices» ne comportent pas les mêmes souffrances et correspondent à la fois à leur nature propre et aux «responsabilités objectives» telles qu’elles découlent de la prévoyance originelle et de l’espoir de Notre Père Commun à l’égard de ces réalisations cosmiques.

Pour les Hassnamouss de première sorte – qui acquièrent ce «quelque chose» lorsqu’ils ne sont encore constitués que de leur corps planétaire – la décomposition de ce dernier ne se fait pas selon la règle générale ; c’est-à-dire que, dans leur organisme, l’arrêt du fonctionnement de toutes les impulsions ressenties ne s’effectue pas au moment de l’approche du raskouârno sacré, autrement dit de la mort.

Le processus du raskouârno sacré commence déjà en eux au cours de leur existence planétaire et procède par étapes successives : leurs «localisations spiritualisées indépendantes» cessent peu à peu, l’une après l’autre, de fonctionner en leur présence générale ; en d’autres termes, comme l’auraient dit tes favoris, chez ces êtres meurt d’abord l’un des cerveaux, avec les fonctions qui lui sont propres, puis le second, et après cela seulement a lieu la mort définitive de l’être.

De plus, après la mort définitive, la désagrégation de tous les éléments actifs dont était constitué ce «corps planétaire» s’effectue beaucoup plus lentement que d’ordinaire ; d’autre part, elle reste soumise à l’action inextinguible – mais déclinant au fur et à mesure de la volatilisation des éléments actifs – des «impulsions nalouonosniennes» ressenties pendant la vie, Iesquelles ne diminuent qu’en fonction de la volatilisation des «éléments actifs».

Pour la seconde sorte d’Individuums Hassnamouss – en la présence générale desquels s’est déjà revêtu le «corps kessdjan» – les souffrances expiatoires consistent tout d’abord, pour ces malheureuses formations libérées de leur corps planétaire d’êtres tri-cérébraux, en l’impossibilité de se perfectionner sans avoir à se revêtir d’un corps planétaire, ni de parvenir à extirper de leur présence ce funeste «quelque chose», acquis parfois sans qu’il y ait de leur faute, mais qui est, toujours et partout dans l’Univers, un obstacle au cours régulier du «processus cosmique général trogoautoégocratique» ; d’autre part, n’étant soumis à la décomposition – du fait de leur propriété «tourinorino» – dans aucune sphère du système solaire où ils se sont formés, ils doivent inévitablement revêtir un nouveau corps planétaire, et dans la plupart des cas, celui d’un être de forme extérieure de système «uni-cérébral» ou «bi-cérébral», ce qui les contraint – en raison de la brièveté d’existence de ces formations planétaires – à tout recommencer perpétuellement, sous la forme de quelque autre être de la même planète, sans la moindre certitude quant aux résultats de leur revêtement.

En ce qui concerne la troisième sorte d’Individuums Hassnamouss – constitués de corps étriques suprêmes d’êtres tri-cérébraux au revêtement desquels a pris part ce «quelque chose», mais à un niveau tel que la possibilité de s’en débarrasser n’est pas perdue pour toujours – leur sort est encore plus triste. Car en tant que surgissements êtriques supérieurs – destinés, selon la prévoyance du Principe Originel de tout ce qui existe, à servir d’aides dans l’administration du monde grandissant, ce qui les rendait responsables, une fois leur formation achevée, et avant même qu’ils ne soient perfectionnés en Raison, de toute manifestation subjective, volontaire ou involontaire – ils ont la possibilité d’extraire ce «quelque chose» de leur présence, mais exclusivement par l’action des résultats des «partkdolgdevoirs êtriques» intentionnellement accomplis, c’est-à-dire de ce qu’on appelle «les efforts conscients et la souffrance volontaire».

Aussi ces corps êtriques suprêmes doivent-ils souffrir sans rémission, conformément à leur degré de «connaissance de leur individualité propre», aussi longtemps que ce «quelque chose» n’est pas détruit en leur présence.

Comme lieu de souffrance pour ces Individuums Hassnamouss d’espèce supérieure, les Très Saints Individuums Supérieurs ont même intentionnellement choisi, parmi toutes les concentrations cosmiques, quatre planètes désharmonisées dans leur fonctionnement général et qui se trouvent aux confins de Notre Grand Univers.

L’une de ces quatre planètes désharmonisées, qui porte le nom d’«Expiation», fut spécialement préparée pour les «Individuums Hassnamouss Eternels», et les trois autres pour les corps êtriques suprêmes des Hassnamouss qui ont encore en leur présence la possibilité d’extirper d’eux-mêmes ce funeste «quelque chose».

Ces trois petites planètes existent sous les noms de :

Remords de conscience

Repentir

Réprobation de soi.

Il est intéressant de remarquer ici que, parmi les corps êtriques suprêmes revêtus et perfectionnés dans toutes les formes extérieures d’êtres tri-cérébraux de l’Univers entier, il n’y a jusqu’ici, sur la planète «Expiation», que trois cent treize «corps êtriques suprêmes», dont deux firent leur apparition sur ta planète ; l’un d’eux est précisément le corps êtrique suprême de ce lentrohamsanine.

Sur cette planète «Expiation», les «Individuums Hassnamouss Eternels» doivent endurer constamment des tourments incroyables, appelés «inkiranondels», analogues aux «remords de conscience», mais beaucoup plus violents.

Leur plus grand supplice consiste en ce que ces corps êtriques suprêmes doivent endurer là-bas ces terribles souffrances avec la pleine conscience de n’avoir aucun espoir de les voir jamais cesser…

Récits de Belzébuth à son petit-fils – G. Gurdjieff

DE L’ORGANISATION ASHYATIENNE

… « Bien entendu, en cette période ashyatienne, il y eut aussi là-bas toutes sortes de chefs, de conducteurs et de «conseillers spécialistes», mais cette fois – comme il en va sur toutes les autres planètes de l’Univers peuplées d’êtres tri-cérébraux parvenus à divers degrés de perfectionnement – c’était par différence d’âge et par ce qu’on appelle le «pouvoir de l’essence» qu’ils accédaient à cette situation, et non plus par «droit héréditaire» ou par élection – comme cela se faisait avant cette bienfaisante «époque ashyatienne», et comme cela se fait encore de nos jours.

Tous ces chefs, conducteurs et conseillers le devenaient d’eux-mêmes, par la force des choses, selon des mérites objectifs personnellement acquis et ressentis en toute certitude par tous les autres êtres de leur entourage.
Voici comment les choses se passèrent :
Tous les êtres de cette planète s’étant mis à travailler en vue d’acquérir en leur conscient cette divine fonction de «véritable conscience», ils transmuèrent en eux à cette fin, comme cela se fait partout dans l’Univers, ce qu’on appelle les «tendances êtriques obligoluées», soit les 5 tendances suivantes :

La première : avoir, au cours de son existence êtrique ordinaire, tout ce qui est réellement indispensable et satisfaisant pour son corps planétaire.

La seconde : avoir constamment en soi un besoin instinctif inextinguible de perfectionnement, dans le sens de l’Etre.

La troisième : s’efforcer consciemment de connaître toujours plus à fond les lois de la création du monde et de l’existence du monde.

La quatrième : payer dès le commencement et au plus vite pour sa venue au monde et pour son individualité, afin d’être libre, par la suite, d’alléger dans toute la mesure du possible l’affliction de Notre Père Commun.

Et la cinquième : toujours seconder ses semblables, ainsi que les êtres d’autres formes, en vue de leur perfectionnement accéléré jusqu’au degré de «Martfotaï sacré», c’est-à-dire jusqu’au degré d’auto-individualité.

Récits de Belzébuth à son petit-fils – G. Gurdjieff

Extrait du film Meetings With Remarkable Men (Peter Brook) – G. Gurdjieff

Fermer le menu